Plana, l’ange d’épaule numérique

Les assistants à commande vocale sont les derniers nés de la lignée des appareils connectés qui envahissent nos vies. Ils facilitent notre quotidien… tout en nous rendant toujours plus paresseux, certes ! Jusqu’à présent, peu de gens s’étaient préoccupés de l’impact écologique de ce virage technologique… jusqu’à ce qu’une ONG s’empare du sujet. Back Market fait le point. 

Internet, cet aspirateur énergétique

La dématérialisation propre au numérique nous a lentement poussés à croire qu’internet ne pesait rien écologiquement. Envoyer un mail VS envoyer un courrier par la poste (= papier, trajet en camion, calendrier chatons), regarder une vidéo VS aller au ciné (= trajet, projecteur, lumières, popcorns ramollis), lire un Ebook VS lire un livre (imprimerie, papier, jaquette moche avec photo de l’auteur moustachu à la poubelle).

Que nenni ! Internet représente même aujourd’hui 10% de la consommation électrique mondiale. Pensez aux innombrables serveurs, aux super calculateurs aux quatre coins du monde qui sont à notre service lorsque l’on tape sur Google durant un dimanche après-midi de désœuvrement « Comment soigner un ongle incarné » ou « quel âge à Yvette Horner ».

Les objets connectés au web se multiplient : depuis l’ordi de bureau, jusqu’au laptop perso, la tablette, le smartphone (perso… et pro), la montre intelligente et même plus récemment la machine à café (elle s’appelle Gina et possède sa propre appli), l’aspi, le frigo … et les plus populaires sont bien sûr les assistants à commande vocale.

Le boom des assistants à commande vocale

Ils étaient les stars du dernier Noël et tout le monde a joué avec Siri, Alexa ou Ok Google … « Chante-moi telle chanson », « me trouves-tu sexy ? », « récite-moi les titres des James Bond par ordre chronologique » : on rivalise de créativité pour rejouer l’éternel match de l’Homme contre la machine.

Assez rapidement, les assistants régulent nos vies, depuis l’horaire des trains jusqu’à la recette de la pâte à crêpes (non, vous n’aurez pas assez de farine dans votre placard), c’est une dépendance totale à internet qui s’instaure en un claquement de doigts.

Plana, un assistant responsable et responsabilisant

L’ONG Digital for the Planet surfe sur ce bouleversement des habitudes quotidiennes pour proposer une alternative aux poids lourds du marché : Plana. Cet assistant vous aiguillera dans vos tâches quotidiennes tout comme ses petits camarades. La différence, c’est que cet ange d’épaule analyse en permanence l’usage que vous faites de votre smartphone et vous propose d’en optimiser l’utilisation pour limiter « l’internet inutile » : le téléchargement d’appli que vous n’utilisez jamais, la synchronisation des emails alors que vous dormez, les notifications mises à jour en permanence etc.

Une bonne façon d’assumer l’assistanat en rationalisant son empreinte écologique, le tout, sans lever le petit doigt. Qui dit mieux ?

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.