Apple ralentit ses iPhone

Oui, Apple ralentit ses iPhone… Mais “c’est pour leur bien”

Faute avouée à moitié pardonnée disait Mamy Renée. Mouais, quand on mélange Apple + obsolescence programmée + 1 milliard de clients + enjeux marketing colossaux, pas sûr que l’honnêteté soit totale.
Back Market se penche pour vous sur le cas de l’iPhone en slow motion.

Ralentir les iPhone pour éviter l’arrêt brutal

Apple préfère parler de « lissage des performances » plutôt que de ralentissement des appareils.
Oui, on ne dit pas vieille dame, on dit senior. On ne dit pas « c’est cher » mais « ah, 3 SMIC pour cette veste en cuir, j’aurais pas cru ». On ne dit pas « c’est loin » mais, « avec ces 7 km à pied et mes nouveaux escarpins, c’est sûr, je vais sculpter mes mollets »).

L’argument d’Apple : les nouvelles mises à jour iOS (les trucs qui paralysent votre iPhone pendant 3 épisodes de Walking Dead et qui exigent 1 Téra de mémoire) sont sans cesse plus énergivores et sont faites sur mesure pour la dernière version. Les iPhone précédents se retrouvent donc à pédaler dans le guacamole (ou le houmous, ça dépend des pays) car sous-équipés en batterie pour les fonctionnalités développées.

Schématiquement, c’est un peu comme si vous demandiez à une 2CV de tracter à 100km/h un chargement d’un semi-remorque. Oui, elle risque de tousser un peu.

Donc oui, Apple préfère que les iPhone plus vieux marchent moins vite et/ou moins bien plutôt que pas du tout.

Les conséquences évidentes

La rapidité de calcul de l’iPhone ralentie de 15… à 100%.

Si l’objectif de façade d’Apple est bien sûr de rallonger la durée de vie de nos compagnons, la réalité c’est qu’après avoir passé quelques semaines ou quelques mois avec un iPhone version 78 tours, soit vous le balancez par la fenêtre, soit vous cédez au sirènes du marketing puisque, ô mystère de la nativité, le plantage de votre smartphone correspond à la sortie d’un nouveau modèle…
Hum.

Les clients : des victimes consentantes

On n’aime pas trop entendre ça. Mais c’est un cercle vicieux : Apple, génie de la R&D et de la comm, nous éblouit à chaque Keynote. Et on en redemande. Et on n’est jamais satisfait. Et on a hâte. Et c’est quand Noël ? et c’est quand qu’il revient le monsieur avec un col roulé noir moche ?
Résultat, Apple sort des iOS à tour de bras, dont certaines mal dégrossies, ça plante, ça bugge, donc pour calmer le jeu, on bride la bête.

Qui a dit « obsolescence programmée » ?

Bien sûr, le thème sous-jacent, c’est l’obsolescence programmée. Un sujet très à la mode d’autant que la loi française permet désormais de punir les entreprises qui y ont recours. Sans pour autant se la jouer crypto-hippie, on se réveille peu à peu de l’obsession consumériste. Et on se rend compte que l’essentiel est peut-être ailleurs.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply