L’iPhone 6s est mort. Vive l’iPhone 6S.

En ce moment même, le monde spécule sur le nouvel iPhone et retient son souffle pour une des conférences de presse les plus attendues de l’année. La tension est à son comble, le tout alimenté par des blogs et des forums de discussion où les rumeurs et les conjectures vont bon train pour et par des fanatiques de l’iPhone.

L’iPhone Xs. Super papier peint. Quoi d’autre ?

Les gens semblent avoir déjà oublié qu’il y a à peine un an, nous étions déjà bombardés de la même façon avec toute une série de modèles qui, pour être honnête, n’étaient pas nettement meilleurs que leurs prédécesseurs parfaitement adaptés. Un changement de design par-ci, une légère mise à niveau d’un appareil photo par-là, peut-être une nouvelle couleur ou deux : tout cela fait partie du plan pour la création d’une vague d’amnésie collective qu’Apple est en train de concocter. Malgré son art légendaire du marketing, les observateurs du secteur sont de moins en moins dupes. « Les dernières fuites autour des nouveaux téléphones IP d’Apple montrent que très peu de choses ont changé en douze mois depuis le lancement de l’iPhone X. » a déclaré Ewan Spence lors d’un entretien avec Forbes, en vue du lancement de 2018.

Pendant ce temps, l’iPhone 6s — sans doute l’appareil qui a défini la génération actuelle de smartphones — est sur le point de tomber aux oubliettes. Malgré son design révolutionnaire qui nous a fait découvrir l’appareil photo 12 mégapixels et la technologie 3D Touch, Apple compte sur le fait que sa disparition de l’Apple Store sera suffisante pour rendre l’iPhone 6 obsolète dans l’esprit des consommateurs.

L”iPhone 6 dit non à sa retraite forcée

Nous ne nous attendons nullement à ce que la sortie du nouveau modèle d’iPhone déroge à la coutume qui veut que l’iPhone 6s disparaisse du catalogue d’Apple. Et ce, 3 ans à peine après le lancement d’un produit similaire ayant fait beaucoup de bruit. Il s’agit d’une mécanique bien huilée qui est en place depuis le tout premier iPhone, et Apple a su convaincre ses clients d’accepter cette cadence d’obsolescence bien volontiers. Comme le souligne Spence dans son commentaire, le rythme graduel de l’innovation fait partie de la « formule selon laquelle la base d’utilisateurs existante passera volontiers à “quelque chose de semblable mais un peu mieux” lorsque leurs contrats arriveront à échéance. »

Et pourtant, l’iPhone 6s compte de fervents défenseurs. Antonio Villa-Boas, le célèbre observateur de l’industrie des smartphones pour Business Insider, a récemment présenté 11 bonnes raisons pour lesquelles l’iPhone 6S représente un achat plus intelligent que les derniers modèles introduits par Apple. (Trêve de suspens : économiser plus de 500 $ n’est qu’une de ces raisons). Sa conclusion : « L’iPhone 6S illustre la façon dont les iPhones récents ont une durée de vie plus longue en termes de performances et que nous n’avons pas besoin de dépenser beaucoup d’argent pour les nouveaux modèles ».

Aujourd’hui plus que jamais, il faut rappeler que malgré la guerre psychologique d’Apple contre le bon sens, l’iPhone 6S conserve les qualités qui en ont fait l’un des smartphones les plus populaires de tous les temps, avec plus de 80 millions d’exemplaires vendus à travers le monde.

L’iPhone 6s, champion toute catégorie de l’électronique reconditionnée.

La vérité est qu’un smartphone bien conçu — et les iPhones sont en effet bien conçus — peut durer beaucoup plus longtemps qu’Apple ne voudrait bien vous le faire garder. Grâce à la technologie moderne de reconditionnement, la durée de vie des appareils peut être prolongée pendant des années tout en offrant aux consommateurs un iPhone comme neuf à un tiers de son coût d’origine, et à une fraction du coût des nouveaux modèles à plus de 1 000 $.

L’iPhone 6s a encore de belles années devant lui. En trois ans de présence sur le marché, il a pris la tête de la catégorie des smartphones reconditionnés (qui est elle-même la catégorie des smartphones connaissant la plus forte croissance), représentant plus de 21% des ventes (source : Back Market).

Une vague de déchets électroniques sans précédent.

Votre téléphone est quelque part là-dedans. Et dire que vous ne l’avez même pas trouvé dans votre sac à main.

Les raisons de soutenir l’iPhone 6s vont bien au-delà de simples considérations d’ordre financières. Notre obsession actuelle pour des appareils toujours plus neufs a un impact dévastateur sur la planète. À l’échelle mondiale, un rapport de l’ONU a estimé que jusqu’à 90 % des déchets électroniques dans le monde — d’une valeur de 19 milliards de dollars — faisaient l’objet d’un commerce ou d’un déversement illégal.

On estime qu’en 2018, plus de 230 millions d’utilisateurs de smartphones aux États-Unis représenteront bientôt 10% de l’ensemble des utilisateurs de smartphones dans le monde. Chaque téléphone n’ayant qu’une durée de vie de 18 mois à 2 ans, il n’est pas surprenant que les États-Unis soient le deuxième plus grand producteur de déchets électroniques au monde. En tant que pays, nous avons produit 6,3 TM de déchets électroniques en 2016 — un pourcentage de croissance de 85 % depuis 2012 — et nous continuons à accélérer notre rythme.

Bien que nous ne puissions certainement pas rejeter entièrement la faute sur Apple, force est d’admettre que celle-ci — alors même qu’elle est devenue la première entreprise évaluée à un milliard de dollars — doit faire sa part. L’écrivain Michael Green souligne dans un commentaire pour Green Biz, « …en tant que nouveau leader couronné de l’économie mondiale et qui professe prendre ses prétentions écologiques au sérieux, Apple a sans doute plus d’influence que presque toute autre entreprise sur la direction que prendra l’économie mondiale… des entreprises comme Apple peuvent et devraient certainement faire encore bien davantage pour montrer l’exemple à leur homologues extrêmement puissants et riches dans ce secteur technologique. »

En attendant, nous devons également faire notre part. En prévision de la cérémonie en grande pompe de Cupertino de demain, nous demandons instamment aux consommateurs de cesser de se tourner systématiquement vers de nouveaux modèles. Cette lutte contre ce que l’on peut qualifier à juste titre de certaine boulimie pour des nouveaux appareils — où les nouveaux modèles sont pour ainsi dire engloutis et presque aussitôt purgés — est pour nous un moyen efficace de combattre la surproduction électronique, la surexploitation des ressources naturelles, et l’explosion des déchets électroniques.

C’est le bon moment pour commencer à lutter contre cette manipulation des esprits qui nous pousse à désirer de nouveaux objets pour la simple raison qu’ils sont nouveaux. Un bon point de départ serait de commencer par repenser l’iPhone 6s. Il est tout aussi performant qu’il l’a toujours été, et l’adopter maintenant relève en définitive de notre propre intérêt.

Vianney Vaute / CCO @ Back Market.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply