Le Parisien économie – “Cette start-up rêve de devenir l’Amazon des objets d’occasion”

Le site backmarket.fr, spécialisé dans la vente en ligne d’appareils d’occasion remis à neuf, se rêve en Amazon des produits reconditionnés.

Un petit-open space, des bureaux collés les uns aux autres et une grande cuisine qui fait office de salle de réunion… Pas de doute, backmarket.fr est bien une start-up. « C’est vrai qu’on commence à être un peu serrés, mais on va sûrement bientôt déménager », sourit Vianney Vaute.

Des biens d’occasion remis à neuf

A 27 ans, le Parisien fait partie des trois cofondateurs du site Internet créé en 2014, installé dans le Xe arrondissement de la capitale et spécialisé dans la vente de produits reconditionnés. Des biens d’occasion remis à neuf. « Le reconditionnement, effectué dans une usine spécialisée, est le gage que nos appareils sont de qualité, équivalents à du neuf. C’est primordial pour les acheteurs », insiste le jeune homme.

Un réflexe de consommation durable qui gagne du terrain. Les ventes de backmarket.fr connaissent une croissance mensuelle à deux chiffres. En mars, le site a réalisé 6 000 transactions. Ses clients viennent y chercher de bonnes affaires. Ses produits, garantis jusqu’à un an, sont en moyenne 50 % moins chers que leurs équivalents neufs. « Nous vendons du high-tech, de l’électroménager, mais les internautes achètent d’abord chez nous des smartphones, et surtout des iPhone. C’est un peu une étape incontournable. Ce n’est qu’après qu’ils osent acquérir d’autres appareils », explique Vianney Vaute.

5723643_1-0-182189236_1000x625

Une quarantaine d’usines en France

Le rêve de Back Market ? Devenir l’Amazon des objets reconditionnés. « Il existe déjà des sites de vente en ligne, mais spécialisés dans une marque ou un produit. Nous, nous travaillons avec une quarantaine d’usines du reconditionnement en France. Sur notre plate-forme, les gens ont le choix », souligne-t-il. Un modèle qui a convaincu des Business Angels — comme Thierry Petit de showroomprive.com — d’investir 250 000 € lors de la première levée de fonds, en mai 2015.

Backmarket.fr, qui emploie 18 personnes et devrait encore recruter, vient de se lancer en Espagne et en Allemagne. L’entreprise prévoit de réaliser 20M d’euros de transactions sur son site cette année, sur lesquelles elle continuera de toucher une commission de 8 %.

Cet article est issu du Parisien Économie du 18 avril 2016.
Retrouvez l’intégralité de l’article sur le Parisien Economie

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply