test iPhone 8

L’atelier Back Market : test iPhone 8, le bon élève qui fait le strict nécessaire

Si vous n’avez pas 1000 € à mettre dans un nouveau smartphone, mais que vous souhaitez tout de même profiter de performances dignes de ce nom, l’iPhone 8 est peut-être fait pour vous. Deux ans après sa sortie officielle, l’appareil est-il toujours en mesure de répondre à vos exigences ? Ce test complet vous permettra d’y voir plus clair.

Note globale Back Market
3.5/5
Performances et autonomie
3.5/5
Ergonomie et design
3.1/5
Ecran et affichage
4.1/5
Multimédia
4.5/5
Impact écologique
3.5/5

Point forts

  • L’excellente colorimétrie de l’écran LCD
  • La puce A11 encore très puissante
  • L’appareil photo 12 mégapixels et la qualité vidéo 4K

Points moins forts

  • Le design un peu vieillot
  • Pas d’écran OLED
  • L’absence de port jack 3,5 mm

L’iPhone 8 en bref

Dimensions du téléphone :

138,4 x 67,3 x 7,3 mm

Taille de l’écran

4,7 pouces

Définition de l’écran :

750 x 1334 px

Dalle :

LCD

Capacité de la batterie :

1821 mAh

Format carte SIM : 

Nano

Puce mobile : 

Apple A11 Bionic

Mémoire vive (RAM) : 

2 Go

Capacité de stockage

64 Go

Capteur photo dorsal : 

12 Mpx

Capteur photo frontal : 

7 Mpx

Poids : 

148 g

Performances et autonomie : le bon élève qui fait juste ce qu’il faut pour valider

3.5/5

Une architecture graphique au top

Même deux années après son lancement, difficile de prendre en grippe la configuration de l’iPhone 8. L’excellente puce A11 Bionic alliée au coprocesseur de mouvement M11 et au iGPU conçu maison fait aujourd’hui encore des merveilles. Que cela soit en usage classique, en gaming ou en réalité augmentée, vous éprouverez toutes les difficultés du monde à prendre la bête au dépourvu, malgré les modestes 2 Go de RAM embarqués.

Ces très bonnes performances résultent en grande partie de l’architecture haut de gamme du processeur à 6 cœurs. 4 d’entre eux sont mobilisés pour les applications basse consommation, à l’instar de la navigation web ou de l’emailing, tandis que 2 autres sont entièrement dédiés aux usages intensifs.

Niveau montée en température, la coque de l’iPhone 8 ne dépasse que rarement la barre des 40°C, ce qui constitue un résultat tout à fait satisfaisant. Vous ne devriez donc éprouver aucune gêne à l’utilisation.

Petite batterie, grande autonomie ?

Malgré une batterie de 2000 mAh seulement, le smartphone propose une autonomie respectable, sans pour autant être totalement satisfaisante. En usage normal, l’appareil est ainsi capable de tenir environ 8h avant d’être totalement déchargé. Ce chiffre baisse bien entendu lorsque l’on lance des applications gourmandes. Les curieux noterons l’inauguration de la compatibilité avec la charge sans fil Qi.

6. Un design qui commence à dater

3.1/5

Un design quali mais vieillot

S’il n’est pas entièrement raté, le design de l’iPhone 8 ne séduisait déjà pas particulièrement à la sortie du téléphone. La donne n’a bien entendu pas changé 48 mois plus tard… À une époque où les écrans rognent de plus en plus sur les bordures, le taux d’occupation de 66 % de l’iPhone 8 renvoie à un temps lointain. Il suffit d’ailleurs de le poser côte à côte avec son prédécesseur, l’iPhone 7, pour prendre conscience de l’immobilisme de son design. Les dimensions des deux appareils sont ainsi quasi similaires, tout comme l’est l’emplacement des boutons de volume et de mise en marche, du Touch ID et de l’appareil photo central.

L’iPhone 8 est parfaitemement adapté aux petites mains

Les petites mains seront ravies

À défaut d’être novatrice, l’ergonomie du smartphone demeure tout à fait satisfaisante. Le format 4,7 pouces facilite ainsi la préhension et limite les risques de chute. La coque arrière en verre s’avère quant à elle bien moins glissante entre les mains que le métal utilisé dans les modèles précédents, comme celle de l’iPhone 7 et de l’iPhone 7 Plus. Le tableau n’est donc pas totalement négatif.

Un écran qui tient parfaitement la route en 2019

4.1/5

Contrairement à ses concurrents directs, les Samsung Galaxy S8  et le Google Pixel 2, l’iPhone 8 n’est malheureusement pas équipé d’un écran OLED, mais d’une simple dalle IPS de technologie LCD. Ne vous attendez donc pas à des taux de contraste exceptionnels. Pas de quoi sonner la sonnette d’alarme. Avec une résolution de 326 ppp, le smartphone offre une qualité satisfaisante de détails, notamment en raison de la petite diagonale de 4,7 pouces de l’écran. La dalle présente en outre une excellente colorimétrie (delta E à 2,7) et une luminosité maximale optimale, même en plein soleil.

Un très bon appareil pour les artistes amateurs

4.5/5

Une photo nette, claire et précise

Niveau photo, l’iPhone 8 n’évolue que très peu par rapport à son prédécesseur, l’iPhone 7. L’appareil photo principal intègre ainsi un capteur stabilisé de 12 Mpx pouvant ouvrir à f/1.8 et offre une mise au point rapide. Si vous n’êtes pas photographe chevronné, pas de panique ! Cela signifie simplement que le téléphone est capable de restituer un grand nombre de détails, même dans les conditions de luminosité difficiles. La grande nouveauté de l’appareil photo réside dans l’intégration d’un nouveau logiciel de traitement des images, permettant d’obtenir une plus grande netteté en augmentant les micro-contrastes.

Un smartphone pour vidéaste en herbe

Pour les amateurs de vidéo, l’iPhone 8 se place clairement en haut du panier des smartphones haut de gamme, bien que certains modèles récents présentent aujourd’hui des performances plus élevées (l’iPhone 11 Pro, le Google Pixel 3, ou encore le Samsung Galaxy Note 10 Plus). Les mesures d’exposition sont ainsi extrêmement performantes comme l’est d’ailleurs le suivi de mise au point. L’appareil est capable d’enregistrer des vidéos 4K à 60 fps sans souffrir de ralentissement notoire. Le slowmotion à 240fps en 1080p est également un atout indéniable, bien que particulièrement gourmand niveau stockage.

Et la planète dans tout ça ?

3.5/5

Comme pour nos tests précédents, cet article ne serait pas complet s’il ne prenait pas en considération l’impact écologique de l’iPhone 8.

Emission de CO2 : 3/5

Apple fait appel autant que possible aux énergies renouvelables pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre. Avec 57 kg de CO2 produit depuis l’extraction des ressources jusqu’à la fin de vie du téléphone, l’iPhone 8 demeure plus responsable que l’iPhone X (79 kg) ou l’iPhone 8 Plus (68 kg) par exemple.

Consommation d'énergie : 3,5/5

On notera une volonté manifeste d’Apple de diminuer la consommation d’énergie du smartphone, principalement au niveau de la puce et de la batterie. De ce point de vue-là, l’iPhone 8 marque un pas en avant par rapport à ses prédécesseurs.

Matériaux utilisés : 3,5/5

L’intégration d’un verre sans arsenic et d’un écran éclairé sans mercure, deux éléments extrêmement polluants, peut être saluée. L’utilisation de l’aluminium figure également parmi les bons points. L’on remarquera cependant que l’acier inoxydable se fait plus rare que sur les modèles plus récents.

Réparabilité : 2,5/5

La batterie et l’écran réparables de l’iPhone 8 ne sauront cacher le problème principal. : les réparateurs doivent s’équiper spécialement pour déconstruire l’appareil. Pas top pour l’environnement. D’autant plus que Greenpeace dénonce depuis plusieurs années l’absence de conception de produits durables, citant Apple comme l’un des champions de l’obsolescence programmée.

Point forts

  • L’excellente colorimétrie de l’écran LCD
  • La puce A11 encore très puissante
  • L’appareil photo 12 mégapixels et la qualité vidéo 4K

Points moins forts

  • Le design un peu vieillot
  • Pas d’écran OLED
  • L’absence de port jack 3,5 mm

Sans aucun doute, l’iPhone 8 séduira les consommateurs à la recherche d’un smartphone performant et moins onéreux que les derniers modèles de la marque à la pomme. À condition de se satisfaire d’un design quelque peu dépassé.

Retrouvez nos autres tests ici :

Et notre comparatif iPhone XS / iPhone 11 Pro :

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.