Il était une fois l’économie circulaire

On connaît tous les 1001 nuits, mais avez vous déjà entendu parler des 1001 vies ?C’est une jolie histoire qui s’écrit à plusieurs mains, et surtout avec les vôtres. Vous êtes bien installés ? Alors c’est parti.

Il était une fois une foule de mots en pagaille, ils s’appelaient tri sélectif, recyclage, développement durable et économie circulaire. Autant de mots plutôt familiers que nous avons tous croisés au moins une fois dans notre vie. Un jour, économie circulaire fit la connaissance de Back Market. Ce fût le coup de foudre immédiat, on ne vous le cache pas. Et chez nous, on pense que l’amour est fait pour être partagé. Et vos smartphones, pour ne parler que d’eux sont au cœur de la relation. Voilà pourquoi…

De la naissance à la mort d’un smartphone

Dès la conception d’un smartphone, l’économie circulaire s’immisce, en posant la question de la maladie ou de la mort inévitable de celui-ci. Elle s’impose à toutes les étapes du cycle de vie des produits.

ecoconception_economie_circulaire-copieDes entreprises créent par exemple des smartphones avec des batteries amovibles (plus facile à recycler ou à changer), avec des composants facilement remplaçables ou réparables et avec des matériaux recyclables. Le meilleur exemple du marché actuel reste le Fairphone.

Vient ensuite la construction du smartphone. Cette 2e étape implique l’extraction et la transformation des matières premières nécessaires limités ou renouvelables ainsi que la fabrication et l’assemblage des composants. Pour vous donner une idée, l’étape de la production seule représente 78% des gaz à effet de serre émis tout au long de la vie d’un iPhone 7. Même les ours polaires en perdent leurs moyens.

En économie circulaire, l’idée principale est d’utiliser le moins d’énergie possible, de favoriser les énergies renouvelables et d’essayer au maximum de récupérer tout ou partie des énergies utilisées.

Une fois le smartphone terminé, il est alors distribué et mis en vente en magasin ou sur Internet avant de se retrouver dans notre poche ! Mais, il n’y reste en général pas très longtemps. En moyenne 18 mois… Une bien courte vie, due en partie à l’obsolescence programmée. Mais ça c’est une autre histoire.

Après une bien souvent trop brève utilisation, certains d’entre nous achètent un smartphone plus récent. Parce que l’ancien est cassé, moins performant que les nouveautés du marché ou simplement parce que son design est obsolète. Le vieux smartphone est alors délaissé dans un tiroir, ou pire finit sa vie dans nos décharges… Une fin tragique contre laquelle le Mouvement de Résistance des Précédents Smartphones (MRPS) se bat avec ardeur.

La résurrection sans fin du smartphone, ou du moins de ses composants

Réfléchir en circuit fermé et appliquer les principes de l’économie circulaire permettent d’éviter qu’un smartphone devienne un déchet électronique. Rejoignant ainsi les 1,4 million de tonnes générées par les français chaque année…

Alors quels sont les bons réflexes à avoir ? Avant de penser à la poubelle, il faut penser au trois mots clés réutiliser, réparer, recycler.

Par exemple, en donnant son téléphone encore fonctionnel à un proche, en réparant son téléphone plutôt qu’en en achetant un neuf ou encore en vendant son précédent smartphone à un nouveau propriétaire. Et, si le smartphone ne peut plus être réparé, ses composants peuvent alors être recyclés pour servir à la fabrication d’autres produits. C’est alors sans fin !

Bien évidemment, chez Back Market, l’économie circulaire ça nous parle: récupération de vos anciens smartphones, réparation, reconditionnement, redistribution… Un joli processus rendu possible grâce à vous ! Les 1001 vies de nos téléphones reconditionnés ? C’est vous qui les créez ! 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.