Browsing Category

Startup Life

Nouveau look pour la même vie : Back Market fait évoluer son identité.

On aurait pu vivre ce début de semaine à peu près comme tous les autres. Mais on s’est dit que ce serait quand même beaucoup plus égayant de la lancer en changeant l’identité de Back Market. Comme ça, pour le plaisir.

Il y a 4 ans et des poussières, lorsque Back Market a enregistré sa première vente, Thibaud, Quentin et moi avions un peu l’impression d’être de dangereux révolutionnaires, une sorte de sans-culottes du e-commerce.

Nous avions une vision, un objectif clair : créer une alternative incontournable à la consommation d’appareils neufs. Et par là même sauver le monde d’une déferlante de déchets électriques et électroniques.

Quatre ans se sont écoulés depuis, et nous n’avons pas cessé de nous rapprocher de cette vision. Back Market existe à présent dans deux continents, rassemble des centaines de reconditionneurs et a convaincu près d’1,5 millions de clients d’adopter des produits tech remis à neuf.

Mais paradoxalement, ces succès ont fait naître une forme d’inquiétude : et si à force de voir le business grossir et les chiffres s’embellir, notre projet finissait par… s’embourgeoiser ?

Screw New.

Il serait suicidaire de nous installer dans un confort rondouillard ; tout reste à faire. La croissance de Back Market n’est encore rien en comparaison du tsunami de produits électriques et électroniques sortis d’usines, qui viennent chaque année percuter nos appétits de consommateurs – avec des effets désastreux sur l’environnement.

Alors nous devons rester cette mouche qui fait vrombir la possibilité d’une alternative aux oreilles éléphantesques du Neuf. Pas pour l’éradiquer – on aura toujours besoin de fabriquer des smartphones. Mais simplement pour le désacraliser, le bousculer, et in fine limiter les effets néfastes de la sur-production d’appareils.

En d’autres termes (@Maman, désolé, je ne sais pas comment le dire plus poliment) : Back Market est là pour emmerder le Neuf. Et, comme pour les chansons d’Eminem, ça sonne toujours mieux en anglais. We’re here to Screw New.

L’idée originelle de Back Market, cette petite musique révolutionnaire nous paraît plus que jamais nécessaire. Et on veut aujourd’hui la faire sonner bien fort à travers cet exercice de “rebranding”, comme on le jargonne au pays du Brexit. Histoire de ne jamais sacrifier le sens de notre projet sur l’autel du business.

Backward is forward. Voyez plutôt.

Le retravail de notre logo reflète cet objectif. Exit notre boucle rondelette et chérie. Il est temps de dire plus fort ce qui marque notre différence. Là où toute l’industrie du Neuf vend « the next big thing », on a voulu sur-signifier notre « back » à nous. L’antidote au Next.

Comme on a autant de punchlines à envoyer que la voisine de palier de B2O, on est aussi allé chercher une typo un peu gros-bras, mais élégante. Elle s’appelle GT Super. Et elle est aussi cool que son nom.

Back Market, c’est (aussi) du e-commerce. GT Super cohabitera donc en parallèle avec une nouvelle typo toute clean, toute droite, toute belle. Elle se prénomme Scto Grotesk, et en voici un aperçu :

Et comme on n’est pas non plus un groupuscule politique, on a décidé d’entretenir une forme de légèreté éminemment e-commerciale avec plein de couleurs chabadabada…

… tout en succombant à la sticker-mania :

Trêve de bavardages, voici comment tout ça va vivre ensemble :

On se permet de finir en paraphrasant notre dernier rebranding : “Voilà les principales évolutions de ce mémorable lundi 27 mai. L’Histoire nous dira si c’était une bonne ou une mauvaise idée. Mais si vous voulez nous le dire avant elle, vous pouvez aussi le faire en cliquant ici.

Cheers,
Thibaud, Quentin et Vianney
co-fondateurs de Back Market

________

Big Up à Koto, qui nous a accompagné de main de Jamie Lannister pour ce make over.
Et Big Up à Police Studio, qui nous a permis d’amener Back Market jusqu’ici, avec notre ancien branding.

Back Market soutient le Festival du film Numérique et Environnement

Pour sa première édition, le Festival du film : Numérique et Environnement se tiendra à La Cité des Sciences et de l’Industrie les 13 et 14 avril 2019. Durant ces 2 jours, vous pourrez assister à des projections de documentaires et de films questionnant l’impact du numérique sur l’environnement. Des tables rondes seront également organisées. Back Market apporte bien entendu son soutien à cet évènement en phase avec ses valeurs.

Continue Reading

Laurene, Payments & Fraud Manager @Back Market

Hello ! Qui es-tu ?

Ni Hao, moi c’est Laurene, même si chez Back Market on m’appelle Laurenzo ou lolo : )
Je suis Payments & Fraud Manager, dans le département Finance.
Avant ça, j’ai travaillé en conseil en stratégie pendant 2 ans et demi chez EDC, et 1 an de conseil en innovation bancaire chez BNP Paribas à San Francisco.
Comme études, j’ai fait un double master à Audencia Nantes en Management et Responsabilité Sociale des Entreprises, ainsi qu’à Shanghai en Economie & Nouvelles technologies.

Continue Reading

Victoria, Traffic Manager @ Back Market

Hello ! Qui es-tu ?

Hello,

Moi c’est Victoria, j’ai 25 ans et j’ai fait un parcours classique, prépa ECE & école de commerce à Bordeaux. J’ai réalisé mon stage de fin d’étude chez Back Market au poste de Junior Marketing Analyst. Comme ça se passait bien mais que je souhaitais me spécialiser en acquisition marketing et qu’il y avait une opportunité, j’ai été embauchée sur un nouveau poste. Cela fait donc 9 mois au total que je fais partie de Back Market !

Continue Reading

Léa, CRM manager @ Back Market

Hello ! Qui es-tu ?

Bonjour, vous !

Je m’appelle Léa, j’ai 27 ans, et je suis CRM manager chez Back Market depuis 8 mois. J’ai fait 5 ans en école de commerce à l’ESSCA, avec une spécialisation webmarketing en Master 2. J’ai ensuite passé 5 ans en agence de data-marketing à Paris, et me voici fraîchement débarquée chez Back Market à la tête du nouveau pôle CRM !

Continue Reading

Waza, UX designer @ Back Market

Hello ! Qui es-tu ?

Alex, mais tout le monde m’appelle Waza (dû à un nom de famille polonais un peu trop long).

Après mon BAC S, je me suis égaré en Maths SUP/SPÉ avant d’entrer à HETIC (une école du web) et de trouver ma voie dans la conception d’expérience-utilisateur sur les internets.

Continue Reading